Commentaires et analyses de Claude Henrot après Napoli et les notes des Reds

SSC Napoli 2 – LIVERPOOL FC 0

A San Paolo, les Reds ont joué avec leur bonheur avant d’être injustement sanctionné
                 d’un péno imaginaire et d’ensuite démissionner dans les arrêts de jeu


C’est un sentiment étrange qui nous habitait hier sur les coups de 23 heures. Nous avions pourtant abordé sereins et relax ce premier rendez-vous continental au pied du Vésuve. Cette attitude n’est pas due à un quelconque désintérêt pour la Champions League mais au fait que le titre en Premier League constitue la grande priorité du Club cette saison. Un objectif que nous partageons à 100 %.
Le trophée européen, ça c’est fait, Liverpool en est le détenteur. Comme on est conscient de l’extrême difficulté de mener de front campagnes domestique et continentale, cette dernière constituerait une incroyable cerise sur le gâteau de la PL. Mais la gourmandise est un vilain défaut. Perdre trois points en championnat serait infiniment plus traumatisant que les laisser à Naples.
N’oublions pas que cette excellente équipe nous a battus (1-0)  la saison dernière au même stade de la même compétition que nous avons pourtant remportée et, plus sèchement, lors des friendlies de pré-saison (3-0).

                                            Qui étai(en)t aux commandes de la VAR ?

Une équipe transalpine qui joue franchement le jeu et qui ne pleurniche pas sans cesse comme la plupart de ses homologues de Série A. Pour preuve, hier soir, elle n’a commis que QUATRE fautes en 95 minutes ! Deux fois et demie moins que les Reds. Amazing !
Nous aurions ajouté « sans simulations » si Callejon ne s’était pas distingué en plongeant pour obtenir le penalty insensé qui a tout changé. Que Herr Brych se soit laissé abuser, passe encore, mais que la VAR ait confirmé ce péno est un scandale. Les commentateurs Proximus ont été unanimes à cet égard : « L’arbitre ne va quand même pas sanctionner cela !? Quoi qu’il en soit, la VAR va annuler sa décision. » Ben non… Pas du tout.
Qui était aux commandes de cette VAR ? Comment peut-il justifier ce manque d’honnêteté ? Peut-il encore se regarder dans son miroir ce mercredi matin ?
Nous qui étions extrêmement favorables à l’introduction de cette révolution technologique, sommes désormais perplexes après ce qui s’est passé déjà trop souvent. Notamment à Manchester United et à Norwich pour n’évoquer que ce qui est récent et encore présent dans nos pauvres mémoires.

                                         Une seconde période beaucoup plus compliquée


Ceci dit, nous avons assisté à une première mi-temps d’une qualité et densité exceptionnelles. Rien que du beau jeu avec de nombreux temps forts en alternance de la part des deux protagonistes mais avec peu d’opportunités de buts, il est vrai.
Sauf quand Adrian, remarquable d’assurance, hier, a réalisé coup sur coup deux saves splendides, sur une double tentative de Ruiz (7e), une frappe de Mané en plein sur Meret (21e) et un heading de Firmino qui léchait le poteau droit (44e). 
Le tournant du débat se situe à la 49e lorsqu’un arrêt stratosphérique (selon Proximus), Adrian sauvait un bout tout fait, à bout portant, devant Mertens. Cent % des spectateurs et téléspectateurs ont vu ce ballon du Diable aller au fond.
Bien que Fabinho, Man of the Match, régnait en maître entre les lignes depuis une heure, on sentait Liverpool faiblir mentalement. Sans doute par manque d’efficacité de ses deux « pointes » qui héritaient cependant de quelques ballons de buts. On sait que Salah tarde à recouvrer la forme mais c’est plus inhabituel de la part d’un Mané insuffisamment reposé, selon nous, après sa CAN avec la Sénégal.

                         En musclant les échanges, puis en les calmant à l’excès,
                                         les Reds ont perdu le fil du jeu


Est-ce par frustration que LFC a-t-il commencé à muscler le jeu ? Deux interventions plus que viriles de Milner auraient pu être davantage sanctionnées. Roberton a payé d’un jaune ce laxisme passager de M. Brych avant que Milner ne subisse le même sort mérité. Cela n’échappait pas à Jürgen Klopp qui remplaçait son vétéran.
Ramenés à la raison, les Reds entreprirent dès lors de calmer le jeu. En fait, de ne plus l’accepter en visant clairement un partage blanc qui les aurait satisfaits pleinement. Ils étaient bien partis pour l’obtenir quand survint le scandale du penalty qu’Adrian fut à un cheveu de détourner. Mais bref.
Complètement déstabilisé, LFC bredouilla une fin de prestation indigne d’un champion d’Europe. Celui qui n’est plus tout à fait le grand Virgil van Dijk de la saison passée (personne n’ose l’évoquer) perdit le ballon au profit de Mertens, lequel céda à Llorente. L’ex-sub des Spurs put se faufiler sans résistance entre Robertson, Matip et Adrian, réduits au rôle de spectateurs pétrifiés.
Cette triste fin de match, nous a tous laissés sur notre faim. Un sentiment d’injustice et une incompréhension certaine ont gâché une soirée qui s’annonçait grandiose.
Liverpool n’a pas perdu son trophée, loin de là, mais il risque de trouver face à lui, le 2 octobre, une surprenante équipe de Salzburg, moins romantique que le plus illustre de ses concitoyens, et qui fera la pluie et le beau temps de ce groupe E plus ouvert que prévu.
Espérons que la déroute limbourgeoise en Autriche mettra nos Reds en garde contre tout excès de confiance.


COMPOS
Napoli 
: Meret ; Di Lorenzo, Manolas, Koulibaly, Mario Rui ; Callejon, Marques Loureiro (75e Elmas), Ruiz ; Insigne (60e Zielinski), Lozano (69e Llorente), Mertens
L’pool : Adrian 7 ; Alexander-Arnold 6, Matip 7, van Dijk 6, Robertson 5 ; Henderson 6 (87e Shaqiri), Fabinho 8, Milner 5 (66e Wijnaldum) ; Firmino 6 ; Salah 6, Mané 6
Ces notes des Reds sont celles publiées par This is Anfield, uniquement. Elles ne représentent pas la moyenne entre les différentes appréciations de tous les médias anglais.

Technique

38.878 spectateurs  – Ref : Felix Brych (All)

Buts (assists) : 82e Mertens (pen) 1-0, 90e+2 Llorente (Mertens) 2-0
Penalty manqué :
Jaunes : 3 (1-2) Llorente (N) / Robertson, Milner (L)
Exclusion :
Temps additionnel : 1’ + 5’       


Man of the Match 
: FABINHO (L)                                  

Belges : Mertens (N) titulaire 90’ / Origi (L) blessé                                                                       

Ex-étrangers JPL : Koulibaly (N) titulaire 90’    

 

Stats du match
                         Nap/LFC

Possession : 48 % / 52 %                                            

Tirs au but : 10 – 13         

Dont cadrés : 5 – 4
Corners forcés : 7 – 6
Fautes commises : 4 – 10    

Laisser un commentaire