Enfin ce titre… enfin…

Quel bonheur de retrouver Liverpool en ce week-end pascal avec, de surcroit, cette température quasi estivale et ce soleil se baignant dans la Mersey…

Nous avons pu profiter à fond de la traditionnelle folie du samedi soir puisque le match contre Aston Villa n’est programmé dimanche qu’à 16h30 locales…

Néanmoins, nous le savons, c’est le grand jour et dès 12h nous nous engouffrons dans les taxis pour rejoindre Anfield. L’ambiance y est déjà proche de la folie que ce soit dans la rue ou dans les pubs comme l’Albert (impossible d’atteindre le bar mais Mike K. nous fait passer les pints !) ou le Sandon.

15h30, il est temps de s’installer dans le Kop exceptionnellement déjà en ébullition à cette heure…

16h30, après le YNWA , c’est parti… 90 minutes, la victoire et, après 30 ans… le titre.

Klopp a aligné la meilleure équipe possible et le feu d’artifice peut commencer. LFC a mis les petits plats dans les grands et, dès l’entame, Aston Villa est tout simplement asphyxié…

C’est un festival. 3e minute, tir de Mane brillamment repoussé par Reina qui remet le couvert deux minutes plus tard sur une frappe enroulée de Salah. Il n’y en a que pour les Reds mais Reina tient le 0 au marquoir et, quand ce n’est pas le cas, Engels sauve les meubles à même la ligne.

0 -0 à la pause. Incroyable avec 78% de possession de balle…

Dès la reprise, LFC repart à l’assaut du but de Reina mais la poisse s’en mêle quand celui-ci est par trois fois sauvé par ses montants ou la transversale. La possession de balle est toujours aussi impressionnante mais ce but libérateur ne tombe pas.

85e… Mané… But!  C’est fait… L’arbitre, l’excellent Mike Oliver, porte la main à son oreille, demande d’attendre, le VAR annule…

88e, passe en retrait de Henderson , van Dijk glisse, Grealish en profite et s’en va tromper Alisson… (0-1). L’histoire repasse les plats…

C’est la stupeur mais le stade entier porte l’équipe.

Klopp lance Origi et Milner dans la bataille… 90e… 5 minutes supplémentaires.

Sur une ouverture chirurgicale de van Dijk, Origi  centre en un temps et d’un ciseau acrobatique, Mané laisse Reina sans réaction… (1-1)

Les secondes s’égrènent, Aston Villa se dégage comme il peut. Milner récupère le ballon au centre du terrain, remonte cette balle avec énergie mais aucune solution… James n’a pas le choix… il frappe, fort, Reina se détend, touche le cuir mais la base du poteau envoie celui-ci au fond du but… 94.50’… 2-1…

Champ…

Le reste, je ne m’en souviens plus, je crois que le réveil a sonné…

YNWA

Laisser un commentaire