J6 de Premier League: les 9 autres matches

6e JOURNEE PREMIER LEAGUE 2020-2021

 

LES 9 AUTRES MATCHES

 

# Le bourreau des Reds perd ses trois premières plumes et de sa crédibilité
# Man City laisse deux nouveaux points au London, soit 7 unités en 5 matches
# Man U vs Chelsea : non-match disputé sur un faux rythme par deux équipes indignes de candidats au titre !
# Première défaite d’Everton, insuffisant à St Mary’s où Danny Ings se met à délivrer des assists

# BUTS : la cascade est devenue un petit filet d’eau. La PL est passée de 4 à 1,8 buts de moyenne par match… Cette sixième journée tristounette a été la plus moche disputée depuis très longtemps

                                                                                                       °o0O§O0o°

VENDREDI (1 match)

§ Seule équipe de PL à encore afficher 100 % des points, Villa est humilié à domicile par de déroutants Lillywhites. Quelle leçon de tactique, et de foot tout cours, dispensée par El Loco !
Auteur d’un hat-trick parfait, Patrick Bamford a quitté Villa Park avec le ballon du match.

SAMEDI (3 matches hors Liverpool)

§ West Ham confirme ses belles dispositions, Manchester City ses faiblesses. Morales en premier lieu. Et son manque d’imagination. Pep semble arriver tout doucettement au terminus de son aventure mancunienne.

 

  • La lanterne rouge a perdu son 12e derby londonien de rang mais ce n’est qu’un moindre mal. Fulham ne peut lutter contre la relégation avec uniquement deux joueurs possédant le niveau de la Premier League.

    § MM. Lampard et Solskjær ont fait jouer leurs gars avec le frein main. On attendait un spectacle de haut vol, ce ne fut que désolation et attentisme, bref boring. Il a fallu attendre le temps additionnel pour voir le jeu se débrider ! Auraient-ils agi de la sorte devant 75.000 spectateurs ?
     
    DIMANCHE (3 matches)

    § Les Toffees ont perdu leur auréole d’équipe leader invaincue. Largement dominés par des Saints en très grande forme, ils ont aussi perdu Lucas Digne, exclu. Le Français rejoint Richarlison sur la « case prison ».
    Everton voit son cher voisin revenir à sa hauteur au faîte du classement après six rounds.

  • Après leur nul à Tottenham et leur succès à West Ham, les Magpies réalisent un nouveau hold-up en arrachant un point à Molineux grâce à un coup franc finement joué par Jacob Murphy à la 89e.

    § En faisant monter Vardy puis Ünder, Brendan Rodgers a écrit le scénario de la victoire et puni l’attentisme récurrent d’Arteta. Troisième défaite de Gunners muselés par une tactique négative. Arsène, au secours !

    LUNDI (2 matches)

    § Les Seagulls ont longtemps mené grâce à un but vidéo-gag mais les changements effectués par Bilic ont métamorphosé un West Brom qui a montré des ressources jusque-là insoupçonnées. Les Baggies ont malmené leur hôte et méritaient mieux que ce point acquis à la 83e. Il ne faudra plus les considérer comme des oiseaux pour le chat.

    § Après cinq matches débridés et spectaculaires à souhait, Tottenham a refait du Mourinho à Turf Moor. En ne jouant réellement que quelques minutes vers la 75e, le temps que son magic duo plante le but d’un succès immérité. Cruel pour Burnley, de loin l’équipe la plus entreprenante et appliquée.

                                                                                                             
    @§#§@


POINT(S) DE VUE 
Le triplé et le hat-trick…
Beaucoup d’amateurs et même de pros du foot confondent régulièrement le hat-trick (coup du chapeau) avec le triplé.
Ce dernier n’est pas compliqué, il « suffit » qu’un joueur inscrive trois goals au cours d’un même match. Peu importe le moment. Même si celui-ci se solde par un score de 7-5 comme un certain ¼ de finale d’une Coupe du Monde. Laquelle ?
Non, ne répondez pas tous en même temps svp ! Je me doute bien que vous n’avez pas eu ma chance, celle de suivre ce match d’anthologie…
Le hat-trick est peut-être le terme footballistique le plus galvaudé. Il répond pourtant à un critère simple : marquer trois buts d’affilée, série non interrompue par un adversaire ou un partenaire, au cours… d’une mi-temps ! Ce qui n’était pas rare lors des premiers balbutiements du jeu, fin du XIXe, mais qui, aujourd’hui, est tellement rarissime que par courtoisie, on a élargi le minutage de 45 à 90 mins.
Ainsi, sauf erreur, on peut affirmer que Pat Bamford a réalisé le premier hat-trick de la saison en PL… après celui de Jamie Vardy à Manchester City (de 1-0 à 1-3 aux 37e, 53e et 58e).

La règle du hors-jeu revue à la baisse et à la sauce anglaise
Le Board, gardien du temple des Lois du jeu, a autorisé la fédé anglaise à ignorer la nouvelle règle ridicule du hors-jeu. Un pas en arrière qui nous satisfait au vu du nombre aberrant de pénos injustifiés accordés ces derniers temps. On en revient donc à la logique : un geste du bras (main) vers le ballon = faute. Le ballon vient à la main = nothing, play on.
Donc le handball est à nouveau laissé à l’appréciation des arbitres. Ceux-ci n’étant que des hommes, pas des machines, il y aura toujours polémique lors de chaque penalty puisque il sera question d’interprétation.
Puisque (presque) tout le monde est au courant (sinon, il y aurait eu péno de Robertson à la 20e), inutile d’insister. Que vous soyez joueur, entraîneur ou spectateur, il faudra respecter la décision d’un
human being, même si l’on sait déjà qu’il n’y aura jamais d’uniformité parmi le corps arbitral.

Qué drôle di mestî !

                                                                                                       °o0O§O0o°
Ven 23/10 à 21h00
                                                                ASTON VILLA 0 – LEEDS UNITED 3

Belle entrée en matière pour cette journée # 6 que ce choc entre deux équipes en forme et à vocation offensive, particulièrement du côté des Lillywhites dont le jeu, parfois académique, est un régal pour les yeux. Malheureusement pour la bande à Bielsa, celle-ci a souvent besoin de se créer dix opportunités franches avant de conclure une seule fois. En tout cas en première mi-temps.
C’est d’ailleurs elle qui méritait de mener au repos après avoir galvaudé trois occasions en l’espace des 13 mins initiales. Puis Bamford en loupait une quatrième, trois étoiles, à la 44e.
Entre-temps, Villa avait commencé à « jouer avec » après la 25e et s’était même octroyé la plus belle opportunité de la première période à la 26e, quand une frappe de Grealish trompait Meslier mais Ayling sauvait à même la ligne, GLT à l’appui. Le même Grealish confirmera son immense talent… de comédien en simulant un péno à la 42e. Connaissant l’individu coutumier du fait, il n’était pas même nécessaire, selon nous, de recourir à la VAR.
Le tournant de cette rencontre se situait à la 52e quand Grealish montrait son vrai talent en passant en revue toute la défense des Peacocks – affublés d’épouvantables maillots vert et noir – sans que son tir croisé parvienne à tromper Meslier. Sur le corner, le jeune gardien français sortait le grand jeu, et le ballon, sur un puissant heading de Konsa.
Et sur la relance (55e), un magnifique mouvement posé permettait à Leeds d’ouvrir la marque. Martinez ne pouvait capter une frappe de Rodrigo et repoussait le cuir dans les pieds de Bamford (0-1). Mérité, mais cela aurait pu être le score inverse quelques instants plus tôt.
Dix minutes plus tard, juste après une grotesque simulation de Bamford dans la surface, et une altercation avec Mings non sanctionnée par Mr. Tierney, le même Bamford doublait la mise d’une frappe des 17 m (0-2).
Jamais repus, les Lillywhites repassaient les plats à la 74e. Sur un débordement de Helder Costa, Bamford se retrouvait, balle au pied, dans la surface, et bien que cerné par quatre défenseurs villans, réussissait l’exploit de s’ouvrir une minuscule fenêtre de tir pour placer dans le coin opposé. (0-3) Somptueux ! Indubitablement l’un des goals les plus techniques de l’année.
Et que pensez-vous que fit Leeds ? Loin de vivre tranquillement sur son avance, il se rua de nouveau vers l’avant pour tenter d’en marquer un quatrième, ce qu’il manqua de peu. Chapeau men, vous avez bien mérité votre place en Premier League.
Le score logique de cette partie, des plus agréables, pourrait se chiffrer à 1-6. Allez, faisons-nous plaisir, disons 2-7. 
J
En voyant évoluer Villa, ce vendredi soir, la question que tout le monde se pose est
« Comment cette équipe a-t-elle pu écraser les champions en titre sur le score de 7-2 ? »
Était-ce un mauvais rêve ?

 
Technique

Huis clos – Ref : Paul Tierney

Buts (assists) : 55e Bamford (-) 0-1, 57e Bamford (Klich) 0-2, 74e Bambford (Helder Cosrta) 0-3
Penalty manqué : –
Jaunes : 4 (2-2) Grealish, Mings (AV) / Struijk, Klich (LU)
Remplacements : 1 – 3
Exclusion : –
Temps additionnel :  2’ + 5’      


Man of the Match 
: Patrick BAMFORD (LU)                                

Belge : Engels (AV) sub 90’                                                                     

Ex-étrangers JPL : Trezeguet (AV) titulaire, remplacé 66e ; Nakamba (AV) sub 90’ ; Heaton & Wesley (blessés)    

 

Stats du match

Possession : 40 % / 60 %                                             

Tirs au but : 12 – 27         

Dont cadrés : 4 – 9
Corners forcés : 6 – 5                                

Fautes commises : 14 – 17    
                                                                                           ∞∞∞∞∞∞∞

Sam 24/10 à 13h30
                                                                               WEST HAM UNITED 1 – MANCHESTER CITY 1

Sachant les Hammers assez lents à s’ébranler, City les prenait directement à la gorge, espérant ainsi connaître la même réussite que les Spurs le week-end passé (3-0 après ¼ d’heure). Cependant les Londoniens parvenaient à équilibrer les échanges dès la 8e, et dix minutes plus tard, sur une action initiée par Soucek (faute de main ??), le Tchèque cédait à son compatriote Coufal, lequel centrait vers Antonio dos au but dans le 6 m. Le buteur des Hammers ne cherchait pas midi à 14h et, d’une superbe bicyclette, laissait Ederson sans réaction (1-0).
Peut-être contre le cours du jeu. De plus, il semble que, sur cette phase, Soucek se soit aidé du bras dans la conduite du ballon. M. Taylor attendant rarement les conclusions de la VAR, indiqua « balle au centre ».
Ce but eut pour effet de booster des Citizens qui mirent le siège devant Fabianski, et l’on joua sur un tiers de terrain jusqu’au repos mais sans jamais mettre le gardien polonais en réel danger. A l’inverse, deux contres des Hammers en fin de période faillirent faire mouche.
Première phase litigieuse du WE à la 28e : dépassé par Rice, Gündogan empêchait la progression de son adversaire en le retenant des deux bras. Jaune dans tous les championnats du monde. M. Taylor, lui, laissait logiquement l’avantage mais ne revenait jamais sur la faute au grand dam, justifié, de David Moyes.
A la reprise, City semblait avoir abandonné son jeu stéréotypé qui ne surprend plus personne et il fallait moins de 6 mins pour que Foden, qui a remplacé Agüero au repos, remettre les protagonistes à égalité (1-1). Tout laissait croire à un raz de marée sky blue dans la continuité de ce but rapide. Mais, a contrario, les ouailles de Pep retombaient très vite dans leurs travers à savoir des passes à 30, qui s’éternisent, ne produisent rien et endorment les vieux téléspectateurs. Un jeu brillant dans sa précision mais sans étincelle, sans moment de folie, donc sans émotion. Même la montée de KDB à la 68e n’a pas changé grand-chose aux carences des Citizens.
Il faut attendre la 86e pour voir un sursaut d’orgueil  des prétendants au titre. Fabianski sort dans les pieds de Sterling et sauve ainsi la balle de match. Et dans une moindre mesure, à la 93e, quand le gardien polonais écartait une tentative de Mahrez au premier poteau.
Après sa victoire à Leicester et son nul à Tottenham, West Ham confirme ses bonnes dispositions. City confirme aussi, mais dans le sens inverse 
J
Nous avons apprécié la conclusion de Julien Courtois : « Si West Ham ne prend pas l’avance en 1re mi-temps, City l’aurait certainement emporté ! ». M. de la Palisse en eut dit autant.
 

Technique

Huis clos – Ref : Anthony Taylor

Buts (assists) : 18e Antonio (Coufal) 1-0, 51e Foden (Cancelo) 1-1 
Penalty manqué : –
Jaunes : 2 (2-0) Coufal, Balbuena (WHU)
Remplacements : 2 – 3 (1 but)
Exclusion :  –
Temps additionnel : 1’ + 3’         


Man of the Match 
: Michail ANTONIO (WHU)                             

Belges : De Bruyne (MC) sub, monté 68e                                                                      

Ex-étrangers JPL : –    

 

Stats du match

Possession : 30 % / 70 %                                            

Tirs au but : 6 – 14         

Dont cadrés : 2 – 7
Corners forcés : 2 – 10                                 

Fautes commises : 14 – 6    

Sam 24/10 à 16h00
                                                                                           FULHAM 1 – CRYSTAL PALACE 2

Petit, tout petit derby londonien entre les deux équipes les plus modestes de la capitale en PL.
C’est Fulham qui prenait directement la direction des opérations. Palace n’en touchait pas une mais ouvrait néanmoins le score dès la 8e lors de son premier mouvement offensif. Zaha voyait son envoi repoussé pas Areola mais l’Ivoirien récupérait le cuir et le glissait dans la verticalité à Riedewald qui battait l’ex-gardien du PDG. (0-1).
La première réaction dangereuse des Cottagers survenait à la 14e avec une frappe de Lookman sur l’extérieur du premier poteau. Bis repetita pour le transfuge du RB Leipzig qui, deux minutes plus tard, trouvait l’autre poteau. Unlucky. Au rebond, démarqué devant le but grand ouvert, Mitrovic plaçait largement au-dessus.
Comme le week-end dernier, Batshuayi, toujours aussi distrait ou peu concentré, c’est selon, marquait un but annulé pour un hors-jeu flagrant, puis loupait le 2-0 à 6 mètres du but. La méforme de l’ex-Standardman est devenue récurrente !
Récurrente, certes, mais alors que Fulham dominait stérilement, c’est sur un centre au cordeau du Diable que Zaha doublera l’écart, tellement près du but, qu’il percutera le poteau du genou. Plus de peur que de mal pour l’Ivoirien. Quelle efficacité des Eagles : deux occasions = deux buts.
Peu avant nous avions vécu un grand moment de télévision quand le linesman signalait une mauvaise rentrée de touche d’un Cottager et que le commentateur Ph. H., affirmait que l’arbitre avait sifflé un hors-jeu. Sur rentrée de touche !
Autre moment important, à la 88e Kamara écrasait le tendon d’achille d’Eze et après deux minutes de réflexion, on se demande pour quelle raison, Mr. Scott allait consulter la VAR et sortait péniblement un carton jaune en faisant signe qu’il s’était trompé de poche, et montrait le rouge à l’ex-Courtraisien.
On repliait notre carnet de notes quand, à la 95e, une frappe venue d’ailleurs de Cairney, réduisait l’écart (1-2). Beaucoup trop tard pour empêcher les Cottagers de perdre leur 12e derby de rang. N’oublions pas toutefois les deux frappes de Lookman sur les poteaux en 1re mi-temps.

FFC a du mouron à se faire pour son éventuel maintien. Avec seulement deux joueurs, en l’occurrence Areola et Lookman, du niveau PL dans son moyau , c’est vraiment peu.

Technique

Huis clos – Ref : Graham Scott

Buts (assists) : 8e Ridewald (Zaha) 0-1, 64e Zaha (Batshuayi) 0-2, 90e+5 Cairnay (Reed) 1-2
Penalty manqué : –
Jaune : 1 (0-1) Guaita (CP)
Remplacements : 2 (1 assist) – 3
Exclusion : 88e Kamara (F) directe
Temps additionnel : 1’ + 6’         


Man of the Match 
: Wilfried ZAHA (CP)                                     

Belges : Odoi (F) sub 90’ / Batshuayi (CP) titulaire 90’ ; Benteke (CP) sub 90’                                                                    

Ex-étrangers JPL : Mitrovic (F) titulaire 90’ ; Kamara (F) sub, monté 66e et exclu 88e ; Kebano (F) non repris / Kouyaté et Milivojevic (CP) titulaires 90’ 

 

Stats du match

Possession : 66 % / 34 %                                            

Tirs au but : 16 – 14         

Dont cadrés : 3 – 10
Corners forcés : 4 – 4                                 

Fautes commises : 11 – 11    

Sam 24/10 à 18h30
                                                                             MANCHESTER UNITED 0 – CHELSEA 0

Le long round d’observation entre deux équipes qui ne veulent pas prendre le moindre risque, a duré 90 minutes. Tristounet. Circulez…
Un but aurait vraisemblablement changé la physionomie de cette parte mais on l’attend toujours. On a cru un instant, vers la 80e, que ce non-match allait enfin se débrider. Que nenni, il faudra attendre les 240 secondes de temps additionnel pour que ces pâles protagonistes passent enfin la prise. Le temps béni des feux d’artifices et des scores fleuves serait-il déjà dépassé ?
De cette parodie de football, nous ne retiendrons que deux faits : l’excellente prestation d’Edouard Mendy entre les perches de Chelsea, sans doute le meilleur keeping pour les Blues depuis des lustres. Et l’incompétence crasse de la VAR qui a fermé les yeux sur un penalty de Maguire – sur… Raspi-licueta – aussi évident que la Colonne Nelson à Trafalgar Square ! 
L

Technique

Huis clos – Ref : Martin Atkinson

Buts (assists) :
Penalty manqué : –
Jaunes : 4 (3-1) Shaw, Fred, Rashford (MU) / Havertz (C)
Remplacements : 3 – 3
Exclusion :
Temps additionnel : 1’ + 4’        


Man of the Match 
: Edouard MENDY (C)                                     

Belge : A. Pereira (MU) non repris                                                                   

Ex-étrangers JPL : –   

 

Stats du match

Possession : 50 % / 50 %                                            

Tirs au but : 14 – 6         

Dont cadrés : 4 – 1
Corners forcés : 9 – 6                                  

Fautes commises : 8 – 6    
                                                                                            ∞∞∞∞∞∞∞

Dim 25/10 à 15h00
                                                                              SOUTHAMPTON 2 – EVERTON 0

C’est en leader et possible futur candidat au titre qu’Everton se déplaçait St-Mary. Les Toffees y ont reçu une leçon de football de la part d’excellents Saints pourtant toujours plus forts à l’extérieur qu’à domicile.
Ils y ont perdu aussi leur brevet d’invincibilité et surtout de leur crédibilité. Dans sa présentation, B. Taverne  posait cette question : « Everton a-t-il les moyens de jouer en leader ? »
Nonante minutes plus tard, et même bien avant ce terme, la réponse, tellement évidente, est tombée. C’est « NON ! ».  Cette équipe s’essouffle déjà, elle ne tiendra pas la distance mais sera capable, ponctuellement, d’accrocher au mur de son changing-room à Goodison, le scalp de l’un ou l’autre sociétaire du Big Six.
En attendant, Don Carlo devra composer sans deux de ses pions majeurs puisque, après une série de fautes sur Walker-Peters, Lucas Digne a été anticipativement envoyé sous la douche. Il risque de prendre 3 matches de suspension comme son ami Richarlison (lequel avait découpé Thiago Alcantara) qu’il rejoint à la case prison. Voilà tout le flanc gauche des Toffees décapité. Et si Mr. Friend avait été un tantinet plus attentif, il aurait exclu Bernard également. Quelle mansuétude inappropriée.
Le temps des brimades est-il révolu ? Les fans des Toffees auront-ils encore l’occasion de lancer des vannes à leurs chers voisins reds ? Réponse dans quelques semaines.

Technique

Huis clos – Ref : Kevin Friend

Buts (assists) : 27e Ward-Prowse (Ings) 1-0, 35e Che Adams (Ings) 2-0 
Penalty manqué : –
Jaunes : 3 (1-2) Walker-Peters (S) / Calvert-Lewin, Bernard (E)
Remplacements : 2 – 3
Exclusion : 72e Lucas Digne (E), directe pour fautes à répétition sur Walker-Peters
Temps additionnel : 1’ + 4’      


Man of the Match : Danny INGS (S)                                   

Belges : –                                                                    

Ex-étranger JPL : Djenepo (S) blessé   

 

Stats du match

Possession : 54 % / 46 %                                            

Tirs au but : 12 – 6        

Dont cadrés : 6 – 2
Corners forcés
 : 4 – 5                                

Fautes commises : 11 – 11    

Dim 25/10 à 17h30
                                                          
WOLVERHAMPTON WANDERERS 1 – NEWCASTLE UNITED 1
Technique

Huis clos – Ref : Lee Mason

Buts (assists) : 80e Raul Jimenez (-) 1-0, 89e J. Murphy (CF direct) 1-1 
Penalty manqué : –
Jaune : 1 (0-1) Amiron (NU)
Remplacements : 3 – 3
Exclusion : –
Temps additionnel : 2’ + 3’        


Man of the Match : Jacob MURPHY (NU)                                     

Belges : Leander Dendoncker (WW) titulaire 90’                                                                   

Ex-étrangers JPL : –    

 

Stats du match

Possession : 63 % / 37 %                                            

Tirs au but : 16 – 5         

Dont cadrés : 3 – 2
Corners forcés : 2 – 3                                 

Fautes commises : 10 – 10    

Dim 25/10 à 20h15
                                                                                    ARSENAL 0 – LEICESTER CITY 1
Technique

Huis clos – Ref : Craig Pawson

But (assist) : 80e Vardy (Ünder)   
Penalty manqué : –
Jaunes : 8 (3-5) Bellerin, Lacazette, Xhaka (A) / Fofana, Evans, Fuchs, Tielemans, Maddison (LC)
Remplacements : 3 – 3 (1 but + 1 assist)
Exclusion : –
Temps additionnel :  2’ + 5’       


Man of the Match :                                       

Belges : Castagne et Tielemans (LC) titulaires 90’ ; Praet (LC) titulaire, remplacé 60e)                                                                      

Ex-étrangers JPL : Evans (LC) titulaire 90’ ; Ndidi (LC) blessé

 

Stats du match

Possession : 57 % / 43 %                                             

Tirs au but : 12 – 6         

Dont cadrés : 4 – 2
Corners forcés : 9 – 3                                 

Fautes commises : 13 – 9    

                                                                                                     ∞∞∞∞∞∞∞

Lun 26/10 à 18h30
                                                                   BRIGHTON & HOVE ALBION 1 – WEST BROMWICH ALBION 1
Technique

Huis clos – Ref : Jonathan Moss

Buts (assists) : 40e Livermore (own goal) 1-0, 83e Grant (-) 1-1
Penalty manqué : –
Jaunes : 2 (2-0) Webster, Lamptey (BHA)
Remplacements : 3 – 3
Exclusion :
Temps additionnel : 1’ + 3’        


Man of the Match 
: Karlan Grant (WBA)                                     

Belges : Trossard (BHA) titulaire, remplacé 79e                                                                      

Ex-étrangers JPL : Ryan (BHA) titulaire 90’ ; Izquierdo (BHA) blessé    

 

Stats du match

Possession : 50 % / 50 %                                            

Tirs au but : 5 – 9          

Dont cadrés : 3 – 3
Corners forcés : 6 – 2                                 

Fautes commises : 14 – 7    

Lun 26/10 à 21h00
                                                                            BURNLEY 0 – TOTTENHAM HOTSPUR 1
Technique

Huis clos – Ref : Michael Oliver

Buts (assists) : 76e Son Heung-Min (Kane)
Penalty manqué : –
Jaunes : 2 (2-0) Tarkowski, Brownhill (B)
Remplacements : 2 – 3
Exclusion : –
Temps additionnel : 3’ + 4’        


Man of the Match 
: Harry KANE (TH)                                     

Belge : Alderweireld (TH) titulaire 90’                                                                     

Ex-étrangers JPL : Vydra (B) sub, monté 89e ; Beardsley (B) blessé     

 

Stats du match

Possession : 38 % / 62 %                                             

Tirs au but : 13 – 9          

Dont cadrés : 4 – 3
Corners forcés : 4 – 5                                  

Fautes commises : 9 – 7    


                                                                                             @§#§@

Le désert national !


Buts belges 0 :
Assist belge 1 : Michy Batshuayi (Palace) pour Zaha, à Fulham. 

Belge « Man of the Match » 0 :  




Laisser un commentaire