J12 : les 9 autres matches

12e JOURNEE PREMIER LEAGUE 2020-2021

LES 9 AUTRES MATCHES

NEUF GRANDES LIGNES

 

#  Trop généreux comme à l’accoutumée, Leeds a craqué au cours de dernier quart d’heure, ce dont ont profité des Hammers incisifs (19 tentatives). Match très plaisant disputé par deux formations à vocation offensive.

# Derby des West Midlands de tous les records : 38 fouls, 11 cartons jaunes, 2 exclusions et but de Villa sur penalty à la 90e+4 signé El Ghazi. Mr Mike Dean n’est pas le responsable de cette cascade de sanctions. Mais bien les tricheries récurrentes des Villans et de leur imbuvable capitaine qui ont pourri l’atmosphère.

# Coaching gagnant pour Steve Bruce. Alors que ses Magpies avaient été rejoints au score, il fait monter Gayle (ex-WBA) à la 69e et Murphy à la 80e qui seront les artisans de la victoire à la 83e. Le premier but de NUFC a été marqué après 18 secondes et 98 centièmes. Soyons précis…

# Triste derby de Manchester disputé par deux équipes qui se redoutaient tellement qu’elles ont joué pour ne pas perdre. Tout le monde est content avec un point du partage, hormis ceux qui ont perdu leur temps face à leur télé. Sixième nul blanc de la saison. Trois d’entre eux concernent des matches entre membres du Big Six : Chelsea – Spurs, Man U – Chelsea et Man U – Man City. Inquiétant !

# Première défaite des Blues à l’extérieur. Everton l’emporte contre le cours du jeu sur un péno signé Sigurdsson dès la 22e. Chelsea a touché « du bois » à deux reprises. Richarlison nous a écoeurés par son cinéma. Il est la copie conforme de Grealish. On n’en peut plus, qu’attend-on pour punir a posteriori ces tricheurs ? La VAR ne sert-elle qu’à annuler des goals ?

# Séance d’entraînement pour Southampton devant des Blades d’une insigne faiblesse et mûrs pour le Championship. Heureusement pour ceux-ci, Danny Ings (6 occasions galvaudées) n’a pas encore recouvré toutes ses qualités de finisseur.


Ven 11/12 à 21h00
                                                    LEEDS UNITED 1 – WEST HAM UNITED 2

LEEDS (4-1-4-1): Meslier, Dallas, Ayling, Cooper, Alioski (46e Shakleton), Phillips, Dias Belloli « Raphinha », Rodrigo, Klich, Harrison (46e Helder Costa), Bamford (74e Roberts)
WHU (4-2-3-1): Fabianski, Coufal, Balbuena, Ogbonna, Cresswell, Soucek, Rice, Bowen (85e Johnson), Fornals (90e+5 Snodgrass), Benrahma (84e Noble), Haller

Très belle affiche entre deux des trois équipes, hors Big Six, avec Southampton, très séduisantes depuis l’entame de la saison.
On joue depuis moins de deux minutes, perte de balle de Benrahma, récupération de Cooper qui sert Bamford, lequel trébuche sur la jambe tendue de Fabianski sorti pour réduire l’angle. Difficile pour Mr. Oliver de ne pas accorder un penalty aux Whites. Klich le donne mollement comme une passe à son propre gardien et le Polonais s’en empare sans peine. Mon arrière-grand tante l’aurait stoppé également. La VAR le fait retirer, Fabianski avait un pied décollé de sa ligne. Pffft, nonsense ! Klich s’y reprend et convertit. (1-0). On a perdu 4 minutes ! West Ham n’a gagné qu’une fois sur les 26 matches de PL quand il était mené 1-0.
Servi à deux reprises par Bowen, Haller passe chaque fois à un doigt de l’égalisation aux 11e et 13e mins, mais Meslier s’interpose.
18e : bon centre de la gauche par Harrison, reprise de Rodrigo de peu à côté.
25e : corner délivré par Bowen, Soucek saute 30 cm plus haut que ses adversaires et Meslier ne peut qu’effleurer le cuir qui ressort après avoir largement franchi la ligne. La GLT n’était pas nécessaire. (1-1).
28 : frappe de Rodrigo dans les bras de Fabianski.
Grâce à l’égalisation, West Ham a fait le plein de confiance et d’assurance. Le spectacle annoncé est bien au rendez-vous car on passe d’un but à l’autre (end-to-end) sans transition.
43e : la VAR check une éventuelle main d’Ogbonna dans son rectangle. Jouez les gars.
Au repos, Leeds affiche 67 % de possession mais le score reflète la physionomie de la période initiale.
47e: frappe surprise de Bamford en pivotant. Un mètre à côté alors que Fabianski était resté sans réaction.

53: Bowen sert Haller dont la frappe est déviée par Ayling. Le Français ne connaît pas la réussite ce soir. D’ailleurs, il tire au-dessus une minute plus tard. Quatre occasions, deux déviées et deux non cadrées.
65e : faute de Rodrigo. Benrahma frappe le coup franc qui frôle le cadre.
68e : nouvelle jolie frappe enroulée de Benrahma un rien à côté du 2e poteau.
70e : Leeds reprend l’ascendant. Fabianski concède bêtement un corner à la suite duquel Klich tire sur son compatriote.
75e : tir croisé de Fornals heurte l’extérieur du poteau opposé.
77e : faute d’antijeu de Dallas. Sur le coup franc, Balbuena frappe de la tête aux 6 m. Splendide arrêt réflexe de Meslier. La plus belle opportunité de la 2e mi-temps et même du match.
80e : nouveau coup franc pour les « Cockneys » sur une nouvelle faute inutile de Helder Costa. Cresswell le délivre en hauteur aux 6 m. Ogbonna est à la réception de la tête. Cette fois, Meslier est impuissant. On le pressentait depuis quelques minutes, les Whites paient cash leur débauche d’efforts.
87e : bicyclette de Haller sur centre de Fornals. Nouveau « great save » de Meslier.
89 : centre d’Ogbonna, heading décroisé de Balbuena sur le poteau ! Leeds semble à la ramasse mais a encore du jus pour menacer Fabianski sur une tête de Rodrigo à la 90e
Victoire méritée des Londoniens à l’issue d’une rencontre très plaisante. C’était prévu, on n’a pas été déçu.

Technique

Huis clos – Ref : Michael Oliver

Buts (assists) :  6e Klich (pen) 1-0, 25e Soucek (Bowen) 1-1, 80e Ogbonna (Creswell) 1-2
Penalty manqué : 4e Klich, arrêt de Fabianski. Le VAR prend deux minutes pour le faire retirer pour faute de pied du gardien.
Jaunes : 3 (1-2) Alioski (LU) / Fabianski, Noble (WHU)
Remplacements : 3 – 3
Exclusion :
Temps additionnel : 2’ + 4’      


Man of the Match 
: Declan RICE (WHU) 8,10                                     

Belges : –                                                                     

Ex-étrangers JPL : –     

 

Stats du match

Possession : 64 % / 36 %                                            

Tirs au but : 13 – 19         

Dont cadrés : 7 – 8
Corners forcés : 5 – 6                                 

Fautes commises : 12 – 10 
                                                                         ∞∞∞∞∞∞∞

Sam 12/12 à 13h30
                                          WOLVERHAMPTON WANDERERS 0 – ASTON VILLA 1

WW (4-2-3-1) : Rui Patricio, Nelson Semedo, Coady, Saïss, Marçal, Dendoncker (80e Neves), Joao Moutinho, Bertrand Traoré, Neto, Podence, Fabio Silva
AV (4-3-3) : Martinez, Cash, Konsa, Mings, Targett, McGinn, Douglas Luiz, Ramsey (90e+7 Nakamba), Adama Traoré(75e El Ghazi),, Watkins, Grealish

Derby des West Midlands, sans sel puisque sans fans, entre deux équipes classées 10e et 12erespectivement, mais qui n’ont pas abdiqué toute prétention de terminer parmi le Top 7. Espérons que l’absence de Raul Jimenez (fracture du crâne) ne sera pas trop préjudiciable à la bonne tenue des Loups.
12 : sur un centre de Neto, sortie déterminante de Martinez dans les pieds de Podence. Touché par le Portugais, le gardien argentin doit recevoir des soins sur le terrain.
16e : première simulation de Grealish qui obtient un coup franc pour une faute inexistante d’Adama Traoré à l’angle du rectangle.
18: les Villans réclament un penalty pour main de Saïss. Rien, selon la VAR. Effectivement, il n’y avait absolument aucune faute. C’était penalty, affirme notre « ami » J.C. sur VOO.
23e : gros danger devant Rui Patricio
25e : Grealish agonise sur le sol. Au moins une double fracture de la jambe 
😊. Il se relève et bat le record d’Angleterre des 50 m plats.
Villa domine des Wolves réputés pour abandonner le cuir à leur adversaire en 1re mi-temps. Ils devraient monter dans les tours après le repos.
35e : Grealish s’étale dans le rectangle. Un coup de vent. On est loin de la qualité de jeu affichée hier soir à Leeds.
37e : joli débordement de Neto qui efface son garde du corps et centre. Reprise de Podence déviée en corner par Mings.
38e : nouveau tir du droit de Podence. Plus précis mais bel arrêt de Martinez.
39e : Danger devant Martinez suite à un centre de Traoré.
41e : série de frappes des Loups – notamment via Dendoncker et Podence – contrées ou déviées. La pression locale s’est nettement intensifiée durant les 10 dernières minutes.
43e : Grealish vient f… la m… après une décision arbitrale en faveur de son équipier McGinn _ Dendooncker ne se laisse pas impressionner.
45e : Grealish s’effondre dans le renctagle. Personne ne la touché. Il nous donne envie de vomir.
45e+1 : nouvelle simulation de Grealish qui, à la manière d’un certain Brésilien du PSG, roule la pelouse de Molineux mais n’obtient qu’un corner.
45e+3 : coup franc de Moutinho pour la tête de Fabio Silva, à côté.
On reste sur notre faim au repos.  Ce match assez fermé serait bien plus agréable à suivre s’il était moins haché (
déjà 18 fautes). Et puis, il y a cet imbuvable comédien qui ne cesse de défigurer le jeu.  Pour ménager notre tension artérielle, nous essayerons de ne plus le regarder en 2e période.
49: touché au nez, Coady est soigné à même la pelouse et doit changer son maillot ensanglanté.
54e : retour de Dendoncker qui vient sauver les meubles devant Grealish dans la surface.
57e : belle action de Villa avec un centre de Cash, relayé par Grealish pour Douglas Luiz dont le tir flirte avec le poteau.
Villa se crée les opportunités les plus nettes mais reste à zéro tir cadré, pour trois aux Wolves.
64: superbe déboulé sur le flanc droit de Neto qui efface trois hommes et frappe… à côté.
A l’image de leur capitaine, les Villans ont appris à se laisser tomber toutes les deux minutes et deux fois sur trois, Mr Dean n’y voit que du feu
66e : Rui Patricio est sollicité à deux reprises
69:  très joli mouvement des Wolves initié par Dendoncker. Podence alerte Fabio Silva dont le tir croisé est renvoyé par le 2nd poteau.
71e : heading de Saïs, save de Martinez. Le but se rapproche mais impossible de déterminer de quel côté il va tomber. En attendant, c’est toujours 0-0 malgré 25 tentatives (14-11).
78: Grealish, qui a changé de côté, s’écroule devant Neto. Coup franc. Pourquoi arrêter ces simagrées ?
80e : plus belle occasion du match. Centre de Neto en coup du foulard, reprise en première intention de Dendoncker au point d penalty. Save incroyable de Martinez.
82e : reprise acrobatique de Fabio Silva dans la lucarne opposée. Martinez s’envole et détourne. MOTM _
83e : vraie faute de Moutinho sur Grealish (si, ça arrive) lequel en rajoute deux couches.
84: coup de coude de Douglas Luiz qui écope d’un 2e jaune. Exclusion justifiée.
88e : double agression par derrière de Grealish – qui prend ENFIN un jaune – sur Podence.
90e+1 : altercation Podence- Mings après une faute du Villan. Mike Dean regarde. Pas de carte.
90e+2 : Semedo pousse légèrement McGinn qui s’étale dans le rectangle. Penalty. El Ghazi le convertit (90e+4)
90e+5 : 2e jaune pour Joao Moutinho qui va rejoindre Doublas Luiz au vestiaire.
Les coups de sifflet incessants de Mike Dean nous ont fait mal aux oreilles mais l’arbitre n’a fait que son devoir en sanctionnant des certains joueurs qui auraient davantage leur place sur un ring de catch américain plutôt que dans le foot anglais qu’ils sont en train de spolier.

Technique

Huis clos – Ref : Mike Dean

But (assist) : 90e+4 El Ghazi (pen)   
Penalty manqué : –
Jaunes : 11 = nouveau record saison  (4-7) Traoré, Dendoncker, Moutinho (x2) (WW) / Douglas Luiz (x2), Cash (son 5e en 9 matches, record PL), McGinn, Targett, Konsa, Grealish (AV)
Remplacements : 1 – 2 (1 but, El Ghazi)
Exclusions : 84e Douglas Luiz (AV) 2e jaune ; 90e+5 Joao Moutinho (WW), 2e jaune
Temps additionnel : 3’ + 5’ (= 7’)     


Man of the Match : Emiliano MARTINEZ (AV) 8,23                                    

Belges : Dendoncker (WW) titulaire, remplacé 80e / Engels (AV) non repris                                                                    

Ex-étrangers JPL : Nakamba (AV) sub, monté 90e+7 ; Trezeguet, Wesley & Heaton (AV) tous blessés     

 

Stats du match

Possession : 51 % / 49 %                                            

Tirs au but : 16 – 13         

Dont cadrés : 7 – 2
Corners forcés : 5 – 8                                 

Fautes commises : 23 – 15  (nouveau record saison)
   
Sam 12/12 à 16h00
                                           NEWCASTLE UNITED 2 – WEST BROMWICH ALBION 1

Newcastle: Darlow, Krafth (80e J. Murphy), Hayden, Clark, Lewis (69e Gayle), Ritchie, S Longstaff, Shelvey, Almiron (86e Yedlin), C. Wilson, Joelinton.
West Brom: Johnstone, Ajayi, Ivanovic, O’Shea, Furlong, Gallagher (80e Grosicki), Sawyers, Phillips, Krovinovic, Grant (46e Austin), Robinson (46e Gibbs).

20e SECONDE ! Les Baggies perdent la ballon qu’ils viennent de mettre en jeu et quelques secondes plus tard, ils sont déjà menés 1-0. Long dégagement de Clark, Ivanovic se troue, recupération de Wilson qui céde à Joelinton dont le centre parvient à Amirion démarqué au second poteau (1-0). Incroyable. Comme à la parade. Et dire que les Magpies ont connu une préparation compliquée due à plusieurs joueurs testés positifs à la covid. Un but à montrer dans toutes les écoles de foot. Pour la limpidité de la reconversion offensive comme pour l’incapacité à défendre.
16e : tir d’Almiron croisé, Jonstone est attentif au premier poteau. On n’avait plus rien vu depuis ce goal précoce.
Suite à une mauvaise manipulation de notre nouveau portable pendant le repos, nous avons bel et bien perdu notre texte !
Sorry mates, rassurez-vous, il ne s’est pas passé grand chose hormis une frappe de Joelinton sur Johnstone, une première tentative cadrée des Baggies à la 38e, et une réelle première occasion via une jolie frappe de Gallagher un rien à côté (43e). L’Irlandais est de loin le meilleur atout dans la “grande misère” de Slaven Bilic. En première mi-temps, car…
50e : centre précis de la gauche de Phillips vers le point de penalty, manque de réactivité d’un Lewis complètement passif, Furlong surgit (1-1). Grosse surprise au St James’.
En l’espace de 5 mins, les Baggies ont montré davantage que durant les 45 mins initiales. Les Magpies, qui avaient géré leur mince avance en première mi-temps, semblent avoir perdu la maîtrise du jeu depuis le but égalisateur. Les visiteurs ont pris carrément la direction des opérations.
71e: monté au jeu deux minutes plus tôt, Dwight Gayle, ex-buteur des Baggies, est à un cheveu de rendre l’avance aux siens mais Phillips sauve à même la ligne. Ce n’est que partie remise…
83e : coaching super gagnant pour Steve Bruce! Ouverture de Shelvey vers Murphy sur le flanc droit, centre aérien pour Gayle dont la reprise de la tête en pleine lucarne est imaparable (2-1)
88e : incident Ivanovic-Wilson. Le Serbe est jauni. Il aurait pu voir rouge !
Déjà la 8e défaite des Baggies. Bilic est sur la sellette.


Technique

Huis clos – Ref : Darren England

Buts (assists) :  1re (19’’98) Almiron (Joelinton) 1-0, 50e Furlong (Phillips) 1-1, 82e Gayle (Murphy) 2-1
Penalty manqué : –
Jaunes : 2 (2-3) Lewis, C. Wilson (NU) / Furlong, Ajayi, Ivanovic (WBA)
Remplacements : 3 (1 but, Gayle + 1 assist, Murphy) – 3
Exclusion :
Temps additionnel : 1’ + 6’    


Man of the Match 
:  Dwight GAYLE (NU) 7,89                                  

Belges : –                                                                   

Ex-étrangers JPL : –    

 

Stats du match

Possession : 45 % / 55 %                                            

Tirs au but : 12 – 13         

Dont cadrés : 7 – 3
Corners forcés : 4 – 3                                

Fautes commises : 9 – 12 


Sam 12/12 à 18h30
                                                   MANCHESTER UNITED 0 – MANCHESTER CITY 0

MAN Utd (4-1-2-1-2) : De Gea, Wan-Bissaka, Lindelöf, Maguire, Shaw, Fred, McTominay, Pogba, Bruno Fernandes, Rashford, Greenwood (74e Martial).
MAN City (4-2-3-1) : Ederson, Walker, Dias, Stones, Cancelo, Fernandinho, Rodrigo, Mahrez (66e Feran Torres), De Bruyne, Sterling, Gabriel Jesus.

La première mi-temps de ce 183e derby des Mancs a manqué de rythme, de piment et d’émotions. Pourtant après 50 secondes, KDB avait déjà tenté, du flanc droit, deux centres enroulés vers le point de penalty. Personne n’avait suivi.
On a vite déchanté.
Les deux équipes se craignant logiquement, elles ne se livraient pas à fond. Elles jouaient en mode gestion, pour ne pas perdre. Il suffirait pourtant d’un but pour que jaillisse l’étincelle. Bref, malgré deux ou trois opportunités de part et d’autre sur des accélérations en contre (Sterling et Mahrez pour City, McTominay et Pogba pour United), nous nous assoupissons devant notre écran, ce qui n’est jamais le signe d’une explication passionnante.
C’est dans ce genre de rencontres que l’on se rend compte à quel point le public manque. Même avec tous ses excès.
On rejoue depuis 2’ quand Rashford d’effondre dans le rectangle. Mr Kavanagh hésite deux secondes et accorde penalty à Utd. La VAR examine la phase. Pas de péno, il y avait hors-jeu. D’un chouya.
Dommage, cela aurait changé la donne.
Niveau possession, c’est du 50/50 mais United semble plus incisif que des Citizens qui ne maîtrisent plus le jeu comme dans un passé récent. Ce n’est pas nouveau, leurs résultats cette saison sont significatifs.
Le but providentiel tarde à venir, pourtant sur une belle ouverture de Cancelo, KDB en position de conclure, voit son tir contré. La 2e énorme occasion de City après celle de Mahrez en 1repériode. Des faillent apparaissent enfin, ça commence à s’ouvrir. Tout doucettement…
Non, fausse alerte ! Il faudra peut-être attendre le temps additionnel pour voir se débrider ce triste derby. Ce n’est pas le foot que nous apprécions. Sauf pour la correction de ses acteurs mais n’est-ce pas là une preuve de manque de saine agressivité de la part des 22 acteurs ?
80e : faute de Maguire qui tend la jambe sur laquelle Jesus va évidemment trébucher. Coup franc à 20 m pour KDB.. en plein dans le mur rouge. 
La première période avait été poussive, la seconde l’est bien davantage. Médiocre. Carrément. On attend toujours le premier save d’un des deux gardiens ! Plus on se rapproche de son terme, plus les équipes se montrent attentistes. Un point suffit à leur bonheur. Mais ce n’est pas fini. United laisse délibérément le ballon à City lequel ne réussit pas à faire plier la défense locale.
Voici venir le fameux temps additionnel qui peut réveiller les velléités offensives. Deux minutes, seulement ! Mr Kavanagh en a marre aussi. Il est pressé de rentrer chez lui, à… Manchester.
Zéro-zéro, tout le monde est content. Personne n’a perdu, c’était l’objectif d’OGS comme de Pep. Nous avons perdu deux heures de notre temps.
Heureux les fans de Liverpool !

Technique

Huis clos – Ref : Chris Kavanagh

Buts (assists) : – 
Penalty manqué : –
Jaunes : 2 (1-1) Maguire (MU) / Fernandinho (MC)
Remplacements : 1 – 1
Exclusion : –
Temps additionnel : 1’ + 2’         


Man of the Match 
:  Kevin DE BRUYNE (MC)…  5,38 !                                   

Belge : Kevin De Bruyne (MC) titulaire 90’                                                                      

Ex-étrangers JPL :  –   

 

Stats du match

Possession : 46 % / 54 %                                            

Tirs au but : 11 – 9         

Dont cadrés : 2 – 2
Corners forcés : 4 – 3                                 

Fautes commises :  13 – 6

Sam 12/12 à 21h00
                                                                EVERTON 1 – CHELSEA 0

EVERTON (4-3-3) : Pickford, Holgate, Mina, Keane, Godfrey, Sigurdsson (83e André Gomes), Allan, Doucouré, Iwobi (85e Davies), Calvert-Lewin, Richarlison (90e Kenny)
CHELSEA 
(4-2-3-1, puis 4-3-3) : E. Mendy, R. James, Zouma, Thiago Silva, Chilwell, Kanté, Kovacic (82e Gilmour), Havertz (68e Abraham), Mount, Werner, Giroud

Après la parodie de derby de Manchester, espérons que nous verrons un peu plus de football à Goodison. Invaincu depuis 17 matches TTC, Chelsea prend la direction des opérations devant des Toffees assez déforcés par un tas de blessures. Comme leurs Reds de voisins.
Au quart d’heure, Everton se ressaisi et met le nez à la fenêtre en cherchant Calvert-Lewin, le meilleur buteur de PL, marqué à la culotte comme il se doit. Pas pour longtemps, les Londoniens reprennent la main.
Richarlison fait son Grealish, cela fait déjà 16 mins qu’il ne s’est pas laissé tomber. Sur le coup franc lui accordé, Edouard Mendy se détend pour capter le centre aérien et retombe (mal) de très haut. Plus de peur que de mal. Heureusement. Quoique…
Mal remis de sa chute, le gardien français vient au duel avec DCL et heurte l’attaquant de plein fouet. Penalty indiscutable que convertit Sigurdsson avec un calme olympien. But à mettre au passif de l’ex-gardien rennais.
Everton prend l’avantage sans avoir montré quoi que ce soit offensivement.
Richarlison fait son cinéma. Faudra-t-il l’amputer ? Non, pas cette fois, il galope comme un pur-sang.
Coup de bol pour les Toffees à la 26e quand Reece James trouve le poteau. Chelsea mériterait de mener, « c’est ça le foot », comme dirait Marouane Fellaini. 
😊.
Pickford est très sollicité mais la défense scouse tient bon. Bizarrement Mina, puis Pickford, et encore Richarlison sont en souffrance. Ben oui, Everton mène au score, n’est-il pas ? 
37e Werner passe intelligemment devant Holgate mais sa frappe est déviée par son adversaire. Pas pour Mr. Moss… goal-kick, dit-il.
Chelsea affiche 70% de possession et finira bien par marquer. C’est en tout cas ce que nous pensons. Malcolm Kinzett, lui, croise les doigts.
40e réaction des locaux via Richarlison, Mendy s’interpose du pied. A l’époque d’Ancelotti, c’est ainsi que les équipes italiennes jouaient et s’imposaient plus souvent qu’à leur tour contre le cours du jeu. Le Brésilien va très bien, merci.
Au repos, le réalisme des Toffees (27% de possession) a payé. Pour combien de temps encore ?
47e : Pickfod sort à contretemps, Mount expédie un lob qui rebondit sur la transversale. Les Blues n’ont pas attendu longtemps avant de mettre la pression. Deux mins plus tard, Holgate écarte le danger de la tête en corner.
51: raid de Richarlison, frappe, Mendy repousse. Chelsea va devoir s’exposer de plus en plus aux contres locaux. Comme sur le coup franc de Sigurdsson qui frôle le cadre (54e). 
Chelsea va-t-il perdre son premier match away ? Possible si les Blues ne trouvent pas l’ouverture car Everton reste dangereux.
63: Mr Moss accorde un péno plus que douteux à Everton pour faute de Chilwell sur DCL. Pffft. La VAR « check » et accorde… un offside. C’est mieux ainsi.
70e : Richarlison est moribond pour la 4e fois ce soir. On arrête le jeu. Il se relève comme un soldat allemand sortant d’une tranchée en 1917. Ecoeurant. Insoutenable. « Il faut sortir cela des terrains ! » s’exclame Frédéric Waseige, le seul commentateur à dénoncer régulièrement les simulations. Bravo Fred ! Il faut les sanctionner a posteriori.
80e : faute de Doucouré sur James. Coup franc à 20 m décalé sur la gauche. Mount le frappe sur la base de 2e poteau ! Unlucky Blues, pour la 2e fois.
A 5 mins du terme, Ancelotti renforce son axe défensif avec la montée de Davies, le poète, pour Iwobi, l’altruiste.
Les Blues, qui ne trouvent pas la clé pour ouvrir la porte blindée de Goodison, vont connaître leur premier revers en déplacement cette saison. Quoique, Mr. Moss ajoute 5 mins.
Les 2.000 fans font du bruit pour 20.000. Ils reviennent et leurs favoris gagnent. Byzance.
Ancelotti, Solskjaer, Guardiola, même combat ! Tous adeptes de la méthode Mourinho. Sauf que le Portugais possède les joueurs rêvés pour ce faire.


Technique

2.000 spectateurs – Ref : Jonathan Moss

Buts (assists) : 22e Sigurdsson (pen)
Penalty manqué : –
Jaunes : 5 (2-3) Richarlison, Doucouré (E) / Kanté, James, Thiago Silva (C)
Remplacements : 3 – 2
Exclusion :
Temps additionnel : 3’ + 5’     


Man of the Match 
: Michael KEANE (E) 7,71                                     

Belges : –                                                                     

Ex-étrangers JPL : –   

 

Stats du match

Possession : 28 % / 72 %                                            

Tirs au but : 9 – 10         

Dont cadrés : 4 – 3
Corners forcés : 6 – 6                                 

Fautes commises : 10 – 11  

                                                              ∞∞∞∞∞∞∞

Dim 13/12 à 13h00
                                                  SOUTHAMPTON 3 – SHEFFIELD UNITED 0

SAINTS (4-4-2) : McCarthy, Walker-Peters, Bednarek, Vestergaard, Bertrand, Walcott (80e Redmond), Ward-Prowse, Romeu (86e Diallo), Armstrong, Ings, Che Adams (84e N’Lundulu).

Avec 1 point sur 33, 5 buts marqués (dont 2 pens), Sheffield Utd détient le record du pire départ de l’histoire dans un championnat anglais. Alors que les Saints n’ont subi qu’une seule défaite au cours de leurs sept derniers matches et saluent la titularisation de Danny Ings (monté à la mi-temps le we passé) au détriment de Djenepo qui retrouve le banc.
Dès le coup d’envoi, une immense différence de niveau entre les deux équipes saute aux yeux. L’une est talentueuse et en pleine confiance, l’autre est laborieuse et en plein doute. La domination des locaux est outrancière (81% de possession !). D’ailleurs, McCarth ne verra un premier ballon de près à la 32e sur un centre anondin qui passe dix mètres devant sa cage !
Deux minutes plus tard, sur un coup franc de Ward-Prowse, tête de Bednarek vers Che Adams (ex-Blade), meilleur homme sur la pelouse, qui profite d’une incompréhension entre Ramsdale et Egan (1-0). Vous avez dit ”mérité” ? Auparavant, Southampton avait déjà sérieusement inquiété Ramsdale aux 16e (Ings), 19e (Ings) et 20e (Ings). Tandis que Sheff U avait aligné trois bonnes passes d’affilée pour la première fois à la 26e. Tout est dit à propos de cette 1re période à sens unique. Le seul ennemi des Saints en seconde période sera la facilité dans laquelle ils pourraient se complaire.
En jouant beaucoup plus haut, Sheff Utd est remonté animé de meilleures intentions. Wilder fait monter, McGoldrick, son meilleur buteur (2 buts!). Désormais, il y a match et les Blades se montrent menaçant mais ça ne va durer. Les Saints reprennent l’ascendant et Danny Ings, pas encore à 100 % va louper tout ce qu’il veut aux 59e, 74e et 79e. En revanche ses équipiers feront preuve d’efficacité, comme Armstrong (2-0) et Redmond qui venait de monter au jeu (3-0). Un score qui ne reflète même pas la supériorité locale. Le calvaire de Sheffield se poursuit et son record “s’améliore” : 1/36…

Technique

2.000 spectateurs – Ref : Andy Madley

Buts (assists) : 34e Che Adams (-) 1-0, 62e Armstong (Ings) 2-0, 83e Redmond (Romeu) 3-0
Penalty manqué : –
Jaune : 1 (0-1) Stevens (SU)
Remplacements : 3 (1 but, Redmond) – 3
Exclusion :  
Temps additionnel : 2’ + 3’     


Man of the Match :                                       

Belges :  –                                                                   

Ex-étrangers JPL : Djenepo (S) sub 90’ / Berge (SU) titulaire 90’   

 

Stats du match

Possession : 68 % / 32 %                                             

Tirs au but : 16 – 3         

Dont cadrés : 6 – 0
Corners forcés : 8 – 4                                 

Fautes commises : 8 – 14
                                                      

Dim 13/12 à 15h15
                                                          CRYSTAL PALACE 1 – TOTTENHAM HOTSPUR 1

PALACE (4-4-2) : Guaita, Clyne, Kouyate, Cahill, van Aanholt, Schlupp, Milivojevic (73e Riedewald), McArthur, Eze (89e Townsend), Benteke, Zaha.
SPURS (4-2-3-1): Lloris, Aurier, Alderweireld, Dier, Reguilon (84e Davies), Ndombele (67e Lo Celso), Hojbjerg, Bergwijn (84e Ali), Sissoko, Son, Kane.

Pour la énième fois nous retrouvons J.C. au commentaire d’un match de Palace. Va-t-il encore pleurnicher à propos du sort que Hogdson réserve à Batshuayi. ? Oui, oui ! Il a même devancé notre pensée et ressassera ses plaintes jusqu’à la fin du match.
Un souci de santé, trop compliqué à expliquer, nous empêche de poursuivre ce commentaire et de suivre un des deux derniers matches, retransmis simultanément, de la 12e journée. Les premières rencontres que nous manquons sur les 114 déjà télévisés cette saison en PL.

Sorry mates.

Technique

2.000 spectateurs – Ref : Kevin Friend

Buts (assists) : 23e Kane (Son Heung-Min) 0-1, 81e Schlupp (-) 1-1
Penalty manqué : –
Jaunes : 1 (1-1) Milivojevic (CP) / Sissoko (TH)
Remplacements : 2 – 3
Exclusion :
Temps additionnel : 1’ + 4’       


Man of the Match 
: Vicente GUAITA (CP) 8,11, bien qu’entièrement responsable du but encaissé à la 23e.                                   

Belges : Benteke (CP) titulaire 90’ ; Batshuayi (CP) sub 90’ / Alderweireld (TH) titulaire 90’                                                                  

Ex-étrangers JPL : Kouyaté (CP) titulaire 90’ ; Milivojevic (CP) titulaire, remplacé 73e.   

 

Stats du match

Possession : 43 % / 57 % (40/60 au repos)                                        

Tirs au but : 16 – 15         

Dont cadrés : 5 – 6
Corners forcés : 4 – 7                                  

Fautes commises : 15 – 11 

Dim 13/12 à 20h15
                                                                    ARSENAL 0 – BURNLEY 1

ARSENAL : Leno, Bellerin (74e Maitland-Niles), Holding, Gabriel, Tierney, Elneny, Xhaka, Willian (82e Nketiah), Lacazette (60e Ceballos), Saka, Aubameyang

Technique

Huis clos – Ref : Graham Scott

Buts (assists) : 73e Aubameyang (own goal, de la tête sur corner)
Penalty manqué : –
Jaunes : 3 (2-1) Bellerin, Elneny (A) / Brady (B)
Remplacements : 3 – 2
Exclusion :  58e Xhaka (A), directe (ENFIN !) sur appel de la VAR, alors que le ref avait jauni le Suisse.

Man of the Match : James TARKOWSKI (B)                                     

Belges : –                                                                    

Ex-étrangers JPL :  Vydra (B) sub, monté 70e ; Beardsley (B) blessé 

 

Stats du match

Possession : 65  % / 35  %                                            

Tirs au but : 18 – 10         

Dont cadrés : 6 – 2
Corners forcés : 13 – 4                                  

Fautes commises : 5 – 11 

Dim 13/12 à 20h15
                                                 LEICESTER CITY 3 – BRIGHTON & HOVE ALBION 0

LEICESTER : Schmeichel, Fofana, Evans, Fuchs, Albrighton, Ndidi (80e Mendy), Tielemans, Justin, Ayoze Perez (62e H. Barnes), Maddison (75e Praet), Vardy

Technique

Huis clos – Ref : Martin Atkinson

Buts (assists) : 27e Maddison (Vardy) 1-0, 41e Vardy (Justin) 2-0, 44e Maddison (Vardy) 3-0
Penalty manqué : –
Jaunes : 3 (2-1) Evans, Fuchs (LC) / Burn (BHA)
Remplacements : 3 – 3
Exclusion :  –


Man of the Match 
: James MADDISON (LC) 8,31                                

Belges : Tielemans (LC) titulaire 90’ ; Praet (LC) sub, monté 75e ; Castagne (LC) blessé / Trossard (BHA) sub 90’                                                                    

Ex-étrangers JPL :  Evans (LC) titulaire 90’ ; Ndidi (LC) titulaire, remplacé 80e / Ryan (BHA) titulaire 90’ ; Izquierdo (BHA) blessé longue durée   

 

Stats du match

Possession : 55 % / 45 %                                            

Tirs au but : 15 – 12         

Dont cadrés : 6 – 4
Corners forcés : 9 – 5                                

Fautes commises : 9 – 11 

                                                                    ∞∞∞∞∞∞∞
Les Belges

Buts belges 0 :
Assists belges 0 :

Belge « Man of the Match 1 : Kevin De Bruyne (calamiteux derby de Manchester) 


 

Laisser un commentaire